Yellowstone et Teton Park

 Yellowstone et Teton Park 

Montana (suite)

nous ne résistons à l’envie de vous livrer encore quelques clichés de cette route magnifique.

 De routes  dites « panoramiques », il en est bien davantage que celles indiquées sur les guides !

Sur celle qui nous conduit  vers Yellowstone, le décor du Far West s’impose,  on s’arrête  badauds dans une boutique en plein désert, la caverne d’Alibaba  avec ses percussions  indiennes, ses cornes de bison,de  wapiti ou d’orignal, ses peaux de serpents à sonnette , ses fourrures  de  coyotes,  loups ou  castors (Foucault , enfin, trouve celle qu’ il cherche depuis le début du voyage!) …

 

 

 

 

Yellowstone

 Le nom du parc vient de ses falaises jaunes, marque de la présence du soufre (ça sent!), qui bordent la rivière.

Ici, aux premiers explorateurs succédèrent les chercheurs d’or puis les touristes dès 1872, date à laquelle le Yellowstone fut déclaré le premier parc naturel des Etats Unis. Dès lors, le gouvernement décida d’expulser les derniers Indiens qui chassaient encore dans la région. On en parle peu, voire pas du tout… Un petit musée néanmoins, avec ses tenues et objets quotidiens des tribus aujourd’hui  disparues ou loin de leurs terres. 

En revanche, les touristes abondent et viennent du monde entier : nous ne sommes donc pas seuls, les camping affichent complets : nous nous arrêtons parfois dans des endroits isolés pour la nuit, c’est encore mieux ! Le parc est si grand qu’on est souvent  seuls au monde: étalé sur près de 9000 km² (un peu supérieur àla Corse !),  c’est le plus grand des Etats-Unis!

Durant des millions d’années, la région du Yellowstone a connu une intense activité volcanique. Les conséquences de ces manifestations souterraines sont toujours visibles, notamment sous la forme de geysers (il y en a près de 300), de sources chaudes aux couleurs chatoyantes, et de fumerolles 

 il y a aussi  plusieurs chutes d’eau,

des rivières entourées de canyons,

 des hectares de prairie, de lac et de forêt…

Le parc du Yellowstone offre donc un spectacle étonnant et varié et regorge de surprises géologiques. La faune, souvent indifférente à la présence humaine (les animaux semblent  nous dire : « tiens, qu’est ce que tu fais là, toi ? »)  nous réserve de nouvelles rencontres  :

Bison Fatigué

 Bison  Impétueux, que Luc a failli embrocher  (ou l’inverse?)

qui est chez qui?

Qui est chez qui?

Jeune coyotte ou renard ?

 Pronghorn , sorte d’antilope qu’on trouve au nord du parc :

Pour cette partie de notre voyage, nous ne voulons pas encombrer les pages  de commentaires allégoriques, scientifiques ou mystiques… Devant ces merveilles, le silence nous a semblé le plus approprié.  A vous de voir !

Mammoth Spring , les sources chaudes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Norris

 avec les premiers geysers

le Steamboat

 

 

 

JAUNE SOUFRE

 

 

 

 

des vapeurs chaudes et humides

Mud Volcano

 le volcan de boue

 

 

Tower Fall, des chutes vertigineuses au coeur d’un canyon

 

 

 

 

 

 

 

Le lac Yellowstone, avec ses sources bouillonnantes

 

 

 

 

 

 

 

 

des bulles qui montent, qui montent…

 

le geyser country, avec le Old Faithful

le geyser qui jaillit toutes  les heures pour le baptême de GABIN!

L’ école demande à Théophile de  raconter « un merveilleux souvenir de vacances ». Voici sa rédaction qui décrit très bien notre dernière journée è Yellowstone:

 « C’était un jour d’été, orageux et nuageux. La température était modérée. Avec ma famille, je traversais les Etats Unis, nous étions à Yellowstone, un grand parc national. Nous visitions le  bassin des plus grand geysers de ce site.

 Nous avons commencé par l’un des plus grands de tous: le Old Faithful. Nous nous sommes assis sur des bancs en bois. Fougueux, le geyser crache toutes les soixante minutes! Pour passer le temps, nous avons pris notre déjeuner et dix minutes après, une masse épaisse  de fumée sortit du cratère. Après quelques secondes, jaillit soudain de l’eau bouillonnante à deux mètres, puis à quatre mètres, l’eau continuait sa cadence vers le ciel en crescendo comme dans une pièce musicale  jusqu’à ce qu’elle atteigne 50 mètres! Puis l’eau redescendit graduellement vers le sol. Ensuite, une masse de fumée blanchâtre et plus épaisse encore s’éleva en l’air et tout redevint comme avant. Un sentier  faisait le tour d’une demie- douzaine de geysers, alors nous nous sommes baladés sous la pluie et les éclairs. En traversant,  je frissonnais de froid et d’éblouissement.

Enfin, je rentrai, mon âme enrichie et comblée de beauté. Après mon chocolat chaud, mon lit m’accueillit pour faire jaillir comme des geysers des rêves pleins d’éclats. »

Teton National Park

A la frontière de son grand frère le Yellowstone, un parc que nous avons particulièrement aimé.

Parce qu’il est moins touristique, moins grand que Yellowstone,  il nous rappelle les alpages français,  la variété de la flore odorante nous a charmé (Basile a fait une réserve de quelques brins de lavande sauvage  pour parfumer son placard !)

Et puis , une dernière rencontre, comme un cadeau pour clore notre visite dans les Rocheuses,la plus inattendue de toutes, pour une fois loin des routes et de notre Piafmobile.

 Nous sommes seuls, partis en randonnée pour quelques heures, au milieu d’une prairie de fleurs variées…

face à nous, IL EST LA,

à quelques dizaines  mètres seulement, brun-roux,  massif,  comme une apparition dont nous ne savons pas  encore si elle doit nous saisir de joie ou d’effroi.

 Pourtant en l’observant,  nous sommes tous les 6  béats et sur nos visages la même  marque de crainte et de ravissement mêlés. Il capte toute notre attention : nous devons impérativement arrêter notre  marche, lever  haut les bras, reculer doucement et lui laisser le passage: tout le monde s’exécute, nous avons lu les instructions !

 Nous retenons notre souffle ; un moment, il a  l’air de s’avancer vers nous, se dresse sur ses  deux pattes arrière, et trois petits  sortent leurs têtes des herbes hautes en  l’imitant.

Pas  complètement  rassuré , tout le monde a néanmoins fait preuve de sang froid.

L’ourse et ses petits n’ont pas attendu si  longtemps pour se détourner, et  vu de dos il nous avait semblé qu’ils dansaient, il y a de la cadence dans leur  démarche !

Pour  la suite de la randonnée, nous restons aux aguêts.

  Avant de quitter le parc, baignade dans le lac Jenny, pas chaud chaud!!!

 à la sortie du parc,  Jackson City : une vraie ville de vrais cow-boys avec ses saloons où les Harley Davidson remplacent les étalons de l’époque !

 Les boutiques de  fourrures:

 Notre coyote Basile choisit sa fourrure   hurlant à la lune

Théophile  celle d’une patte de lynx, pour sa douceur

 

Et puis la Piafmobile reprend sa chevauchée, … Sur la route , nous trouvons les traces de la présence francophone avec des noms de villages comme : Gros ventre, Dubois,  Nez-percé,  Cœur d’Alène. En 1803, Napoléon vend la Louisiane aux Etats-Unis : c’est tout ce qui restait des possessions françaises d’Amérique du Nord. Le territoire couvrait le bassin occidental du Mississippi jusqu’à la crête des Rocheuses.

Nous choisissons les petites routes  vers le Sud, contournant Salt Lake City,  et nous ne sommes pas déçus .En suivant  un  van  rempli de chevaux qui s’arrête près des arènes de la petite bourgade de Manila, à la frontière de l’Utah,  nous l’imitons et  apprenons qu’un rodéo aura lieu le soir même :YeeePeeee !

  Juste à côté, nous avons la chance de trouver un camping KOA (avec piscine !!!!)

Nous assistons à un rodéo des plus authentiques : qui aurait cru qu’un jour nous nous levions, la main sur le cœur comme tous ceux qui nous entourent dans les gradins,chantant l’hymne national américain,  et priant pour les soldats en Afghanistan ?

Nous assistons au rodéo junior, seuls étrangers dans cet univers où les santiags, chapeaux, larges  ceinturons  sont  tenues courantes …

 

Nous restons  là quelques jours pour avancer la classe  

tout le monde travaillle, entre 2 plongeons dans la piscine; on sort  les instruments de musique, on coupe les cheveux, 

 on fait les lessives,on prend des douches,  et on pianote sur le clavier pour vous donner ces nouvelles…

 Dans cette région sèche, désertique et venteuse,  les paysages de grès rose annoncent déjà ceux des canyons qui nous attendent.  nous sommes à  quelques kms deFlaming Gorge, un parc  peu fréquenté  qui comprend 600 kms de littoral  de grès rouge autour d’ un plan d eau. La majorité des campeurs qui nous entourent  viennent de Salt Lake City et pêchent des journées  entières dans les criques colorées à bord de leur bateau à moteur.  la joyeuse bande de Margaret, Mike, Jenny, Robby, Laury  nous embarquent pour un tour dans cette gorge spectaculaire. Grand Merci à eux!!!

Dans la vie, il y a des cactus!

chasseurs de sauterelles

Sur la route  encore, nous souhaitons:

Joyeux anniversaires à François et Agnès,  Charlotte , Léo et  Virginie!

vers le sud de l’Utah, plus de chaleur, plus de désert…

Un commentaire pour Yellowstone et Teton Park

  1. Lucie dit :

    Hé Hé! Je suis inquiète: Luc coiffeur et chanter l’hymne national américain!!! Faudrait faire un petit discernement ignatien!

    Théophile, ton texte est magnifique. En tous les cas, ça donne le goût d’aller dans ce parc voir les geysers.

    Marcel arrive de la pêche: une pêche miraculeuse d’achigans, des bétails!

    x x x x x x x x x x x x x Marlu

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :